Le monde salarial doit être pris en compte

Temps de lecture : < 1 minute

Nous dénonçons les directions d’entreprises :

  • Qui maquillent leur volonté de licencier en utilisant le fond de teint « covid-19 » ;
  • Qui mettent en avant les rémunérations et non les salaires. Ce qui minimise de fait les cotisations sociales de retraite et/ ou indemnités de chômage. Il est important de rappeler que ce sont les cotisations sociales qui permettent de combattre cette crise ;
  • Qui, par des salaires insuffisants, obligent les salarié.e.s à recourir aux heures supplémentaires, à l’acceptation d’objectif, et autre mesures contraignantes pour pouvoir vivre décemment ;
  • Qui ne respectent que l’exigence formulée : « maximiser les profits !»

Nous revendiquons :

  • Des salaires décents, pour vivre sans être contraint de recourir à des heures supplémentaires ou à une mise en compétitivité des salariés avec une rémunération au mérite ;
  • que des moyens équivalents à ceux accordés aux directions des entreprises soient donnés aux travailleurs avec ou sans emploi, quelque soit leurs statuts pour protéger l’emploi et le développer ;
  • Une organisation du temps de travail pour favoriser le partage du travail par le plus grand nombre de salarié.e.s et non l’augmentation individuelle de la durée hebdomadaire de travail ;
  • Que l’activité partielle ne soit pas pénalisante dans le calcul de prime de départ à la retraite versée par l’entreprise comme pour les droits à la retraite (date de départ – montant) et pour tout autre calcul en cas d’arrêt d’activité ;
  • Que le mode social français, qui s’exempte des fonds de pension pour financer la santé, la retraite, et autre système social soit maintenu et renforcé pour privilégier la collectivité.
Print Friendly, PDF & Email